Archives du mot-clé michel

Conférence 3 / « LA MODERNITÉ BAUDELAIRIENNE »

Jeudi 29 Janvier – 10h/12h – Lycée du Rempart, Salle C20

» Qui dit romantisme dit art moderne « … (La question de la relation entre le romantisme et la première » modernité «)

En partant de Baudelaire et de ses tentatives pour analyser la teneur singulière de la » modernité «, je voudrais m’attacher ici à faire ressortir ce qui différencie, en tout cas en France, les années 1850 –1860 de la période romantique, antérieure à 1848. Le substantif » modernité « est ici emprunté au poète ; c’est assez dire d’abord qu’il ne s’agira pas des temps modernes au sens large, mais d’une façon, qu’on peut juger légitime ou arbitraire, de caractériser tant la littérature et l’art que l’Etat général des esprits après la révolution de 1848.
La question, même réduite au cas français, est embrouillé, dans la mesure où, comme on verra, Baudelaire tout ensemble emblématise la continuité entre le romantisme et l’art moderne et produit, un peu plus tard, les notions de » vie moderne « et de » modernité « qui, en tant que telles, impliquent moins une opposition délibérée qu’un décalage, une mutation irréversible.

Inscription au 04 91 31 04 08 ou au passagedelart@gmail.com

visuel carton couverture

Exposition / Rencontre et Dépassement

Michel Ange DIÉ KOUASSI
17/09 > 18/10/2013

Sculpteur à la croisée des chemins, je suis façonné par les rencontres et les découvertes qui jalonnent ma vie de plasticien. Je me qualifie de ce fait de «grand enfant ». Je suis constamment attiré par les objets ou plus précisément par certains d’entre eux.

Alors je les récupère, les collecte, les demande aussi , surtout les jouets pour enfants, et j’espère qu’ils me créeront pour les réaliser. Quand je suis hanté par des formes introuvables ou inaccessibles, je les façonne moi-même. Cela me permet de faire corps avec l’essence de la réalisation. L’existence de l’être chose qui demeure chose à être.

Ainsi, rencontre et dépassement sont les thèmes qui m’orientent. Des sculptures et des installations s’imposent et s’animent autour de ma personne. Profondément attiré par les objets, vous rencontrerez des œuvres composites visant une hybridation forte. Le signifiant s’impose à nous.

En ce qui concerne le signifié, c’est le résultat d’un choix, d’un constat. Un voyage dans le monde de l’Art «Contemporain ». Trouver son pied ou si vous voulez prendre son pied dans ce monde contraire au notre, reste une affaire personnelle. Le regard entre le vu et le non-vu son identique.

Merleau Ponty affirme : «voir, c’est voir sans voir ». Ces objets sont là et pourtant les voir reste difficile. leur mise en espace s’adapte au lieu et questionne l’angle de notre existence. Que cherchons-nous finalement ? Où allons-nous en papillonnant de partout ? Peut-on voir avec les pieds ? Autant de questions entre le visible et l’invisible.

Michel Ange Dié kouassi