ARL 2001

«..le mythe orientale se porte bien et nombreux sont les artistes européens qui viennent à Tanger sur les traces de Delacroix et de Matisse. Ils restent en quête de pittoresque, de sujets nouveaux ou à la recherche de la lumière méditerranéenne. Et surtout, nouveauté essentielle, ils sont dorénavant à la découverte de la culture pré-islamique dont certains aspects, certaines survivances archaïques ou primitives semblent susceptibles de repenser leur pratique.[ …]

Juste retour des choses et signe d’une intégration réussie dans le champ de la modernité : en exagérant quelque peu j’ai envie de dire que le voyage à Tanger s’est substitué au voyage en Italie… »

Yvon LEBRAS

extrait de Mutations Plastiques et identité marocaine : la nécessaire adaptation du discours critique.