ARL 1998 > 2000

«Mutations plastiques marocaines»

Dans notre projet sur les peintres marocains nous avons voulu nous interroger sur la démarche de ces artistes sachant que la culture d’un pays agit fortement sur les individus qui l’habitent, qui la fondent et qui la perpétuent.

 Ainsi, Andy Warhol, fils d’immigré tchèque, déclara : « I think of myself as an american artist : I like it here, I think it’s so great. It’s fantastic. I’d like to work in Europe but I wouldn’t do the same things. I’d do different things […] I represent the US in my art ».

Ainsi, selon lui s’il avait été en Europe, il aurait produit d’autres objets, aurait travaillé dans une autre direction. Qu’en est-il de ces artistes Marocains, résidents très souvent à l’étranger et que nous avons choisis pour la thématique de 2001 dans le cadre de « l’art renouvelle le lycée, le collège et la ville » ?

 On peut donc se demander quel degré de ce particularisme, de cette altérité a été préservé chez ces artistes présents aujourd’hui dans la manifestation ; jusqu’à quel point l’idéographie révèle la persistance de leur rapport à « l’origine », ou s’il y a dépassement conscient ou non, immédiat ou réfléchi de toute influence culturelle dans les sujets abordés par les artistes, et dans leurs interrogations des matériaux utilisés.

Les interrogations

-Ce problème n’est-il pas spécifique à l’Art Contemporain qui semble vouloir se détacher de toute symbolique et s’adresser au monde dans sa « nouveauté » ?

-Les artistes même en vivant ailleurs restent-ils malgré tout ancrés dans leur territoire d’origine et finalement toujours décalés par rapport à une démarche plus universelle (inter – réaction du lieu d’origine et du lieu d’accueil ou de vie) ?

-Quel rapport apparaît ici entre l’Art et la Culture : l’Art reste t-il pour ces artistes un produit de la culture ?

-S’il subsiste un rapport à l’origine : où est-il, dans le sujet, dans la forme ? Dans un mode de représentation de l’Espace ? Dans un mode d’interrogation des matériaux ?

Ce questionnement a été proposé aux artistes participants à la manifestation, ainsi qu’aux conférenciers qui interviennent ce matin.

Lyse MADAR