Exposition / ACÉDIE

Exposition / ACÉDIE

Nicolas PILARD

Vernissage jeudi 31 mars à 18h

Dans le cadre de l’ARL 2016

Galerie Passage de l’Art / Lycée du Rempart, 1 rue du Rempart, 13 007 Marseille
Exposition du 31/03/16 > 31/05/16

DSC02628 [500 L_H]

Premier, deuxième…. Cinquième silence
Polyptyque – Huile sur toiles – 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC02608 [500 L_H]

Premier/deuxième/troisième puits
Placo, rail, fer à béton, médium, bois – 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acédie

À Santa Cristina, au centre de la Sardaigne, on peut visiter un puits sacré nuragique. C’est un temple hypogé. On y entre par un escalier trapézoïdal pour atteindre le fond d’une cheminée cylindrique. Aux pieds, l’eau d’une source est baignée par la lumière zénithale qui pénètre par une ouverture circulaire. On s’y trouve aux bords d’un axe qui semble relier le Tellurique au Céleste. On y imagine facilement les ordalies qui y avaient lieu, certains soirs précis lorsque la pleine lune coïncidait avec l’oculus et noyait le puits d’une lumière argentée. Santa Cristina est un site rare, une construction parfaitement attentive à son genius loci. D’une grande discrétion, en surface on n’en discerne que ses deux ouvertures et une ligne de démarcation, il est constitué de géométries simples, qui s’effacent sobrement derrière les éléments mis en scène. C’est un canal de prières, un axe hiérophanique qui reçoit à la fois des profondeurs et de l’empyrée. Ce type de lieu est une antinomie de l’acédie. Il semble que s’y déjoue l’opacité du sensible. On y entre dans un cosmos signifiant, et on a beau être dans un espace clos, on y sent des circulations.

C’est imprégné de ce souvenir que j’ai produit les peintures et les volumes de cette exposition.

La prière requiert un silence, un vide intérieur, une possibilité de vacuité. C’est un des principes de la méditation, réussir à faire taire la cacophonie intime, suspendre les flux d’affects, le cours de la pensée. Le vide est la pierre de taille de cette exposition. Les polyptiques se sont constitués à partir d’un manque central, et ont épargné une réserve qui traverse de part en part leur composition cahotante. Les sculptures, manière de colonnes, ménagent un creux où s’abîme la lumière. Un volume qui se définit par son vide, peut-être comme un architecte doit envisager son travail, d’abord espace vide qui possède éventuellement une enveloppe externe, ou pas, comme la structure hypogée de Santa Cristina.