Archives de l’auteur : passagedelart

Exposition Etre Là

Pour sa prochaine exposition Hors-Les-Murs 2017, le Passage de l’Art est heureux de vous inviter à l’inauguration de l’exposition de Nicolas Guyot :

INVITATION_NICOLAS GUYOT-website

« Être là »

Mardi 10 janvier à 18h au Lycée Poinso-Chapuis

49 travers Parangon 13008 Marseille

Exposition du 10 au 24 janvier 2017

Être là dans ce vaste lieu du Lycée Poinso-Chapuis, est une occasion de rassembler un travail commencé il y a 4ans autour de l’être et du lieu. C’est également une occasion de travailler sur grand format..un début d’exploration prend donc forme.

C’est la première fois que ce travail est présenté avec ces deux thématiques qui ne supportent d’ailleurs pas d’explication tant elles sont arrivées là par leurs propres moyens. Plus précisément elles ont émergé de l’ensemble des œuvres produites à ce jour. Depuis un certain temps déjà les tableaux font apparaître l’ interrogation de la condition humaine, de l’être (vers lui même et vers l’autre) ainsi que l’importance du lieu, du là, à l’endroit duquel un évènement peut, doit ou va avoir lieu si d’aventures il n’y est pas déjà.

Mais bien sûr ces images peuvent dire beaucoup d’autres choses au delà de sujets présentés ici.

Au fil des étages les non paysages laisseront place aux êtres qui par mégarde les peuplent, puis aux non portraits où l’individu, fait là, place à l’être.

 

Nicolas Guyot

Exposition Peaux Cibles

Expo-C.-Lanzi-2

Claudie LENZI

Vernissage le Mardi 8 novembre à 18h

Lycée Leau , 63 boulevard Leau, 13008 Marseille

Exposition du 8 au 25 novembre 2016

Installation poétique et plastique et lecture action

Rien n’est possible si tout est possible…  Claudie Lenzi

Claudie Lenzi réalise pour Le Lycée Leau, Les Peaux Cibles, une installation épidermique qui, par un jeu de transparences, de reflets, de mots et d’objets, dénonce, non sans une certaine ironie, les dégradations naturelles et les agressions criminelles qui touchent et atteignent notre peau.

La technique du moulage, avec son procédé d’enveloppes successives, représente pour l’artiste l’analogie fidèle d’une genèse pelliculaire. Mouler un objet, c’est d’abord le recouvrir pour   « empreinter » sa forme. Le moule ainsi obtenu est à son tour recouvert de l’intérieur par la matière qui conservera la forme. Claudie Lenzi, d’empreinte en moulage puis démoulage, extrapole la fidélité d’une seconde peau.

Expo-C.-Lanzi-8

Expo-C.-Lanzi-9

Les matières moulées pour Les Peaux Cibles sont elles-mêmes épidermiques : le plâtre, doux au toucher qui enveloppe les membres fracturés, et la cire, qui recouvre les zones d’épilation ou qui épouse l’intérieur d’une oreille. Entre soins médicaux et soins esthétiques, Les Peaux Cibles matérialisent la surface délicate qui nous recouvre, à la fois limite et interface avec le monde qui nous entoure.

Expo-C.-Lanzi-4

En contre point des objets moulés et mis en espace, l’artiste choisit de décliner une forme naturelle, celle de la tomate, dont la délicatesse éphémère concentre la beauté et la fragilité organique de la peau. Chaque moulage fige les effets du temps en conservant les moindres reliefs d’une surface vivante.

Expo-C.-Lanzi-7Les Peaux Cibles, imprégnées d’une blancheur tantôt translucide tantôt mate, nous font voir et toucher du doigt une intimité si familière que l’on en oublie parfois les enjeux et la fragilité.

 Éric Blanco

 

1 carton hiromi beata coupé

Exposition SETA/SANPO

Hiromi Shimizu et Beàta Czudor

Vernissage le Mardi 27 septembre à 18h

Lycée Brochier , 9 boulevard Mireille Lauze 13010 Marseille

Exposition du 27 septembre au 14 octobre 2016

photo recto cartonV12néon1

Séta et sanpo signifient promenade en hongrois et en japonais.
Deux jeunes peintres hongroise et japonaise, nous développons notre pratique plastique individuellement, mais la balade est un point de départ commun dans notre travail. Se promener et contempler ce qui nous entoure sont nos sources d’inspiration essentielles. Cette exposition est le résultat de nos déambulations en milieu urbain et dans la nature. Les tableaux traduisent nos perceptions picturales, à la fois différentes et complémentaires, influencées par la marche.

Le grand perdu, Restes, technique mixte sur toile, 170 x 200 cm, 2016webLe grand perdu, Restes, technique mixte sur toile, 170 x 200 cm, 2016

DSC02650 [500 L_H]

Exposition / ACÉDIE

Nicolas PILARD

Vernissage jeudi 31 mars à 18h

Dans le cadre de l’ARL 2016

Galerie Passage de l’Art / Lycée du Rempart, 1 rue du Rempart, 13 007 Marseille
Exposition du 31/03/16 > 31/05/16

DSC02628 [500 L_H]

Premier, deuxième…. Cinquième silence
Polyptyque – Huile sur toiles – 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC02608 [500 L_H]

Premier/deuxième/troisième puits
Placo, rail, fer à béton, médium, bois – 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acédie

À Santa Cristina, au centre de la Sardaigne, on peut visiter un puits sacré nuragique. C’est un temple hypogé. On y entre par un escalier trapézoïdal pour atteindre le fond d’une cheminée cylindrique. Aux pieds, l’eau d’une source est baignée par la lumière zénithale qui pénètre par une ouverture circulaire. On s’y trouve aux bords d’un axe qui semble relier le Tellurique au Céleste. On y imagine facilement les ordalies qui y avaient lieu, certains soirs précis lorsque la pleine lune coïncidait avec l’oculus et noyait le puits d’une lumière argentée. Santa Cristina est un site rare, une construction parfaitement attentive à son genius loci. D’une grande discrétion, en surface on n’en discerne que ses deux ouvertures et une ligne de démarcation, il est constitué de géométries simples, qui s’effacent sobrement derrière les éléments mis en scène. C’est un canal de prières, un axe hiérophanique qui reçoit à la fois des profondeurs et de l’empyrée. Ce type de lieu est une antinomie de l’acédie. Il semble que s’y déjoue l’opacité du sensible. On y entre dans un cosmos signifiant, et on a beau être dans un espace clos, on y sent des circulations.

C’est imprégné de ce souvenir que j’ai produit les peintures et les volumes de cette exposition.

La prière requiert un silence, un vide intérieur, une possibilité de vacuité. C’est un des principes de la méditation, réussir à faire taire la cacophonie intime, suspendre les flux d’affects, le cours de la pensée. Le vide est la pierre de taille de cette exposition. Les polyptiques se sont constitués à partir d’un manque central, et ont épargné une réserve qui traverse de part en part leur composition cahotante. Les sculptures, manière de colonnes, ménagent un creux où s’abîme la lumière. Un volume qui se définit par son vide, peut-être comme un architecte doit envisager son travail, d’abord espace vide qui possède éventuellement une enveloppe externe, ou pas, comme la structure hypogée de Santa Cristina.

 

RECTO_Murmure [500 L_H]

Exposition / MURMURE

Sophie MENUET

Vernissage mardi 23 février à 18h

Galerie Passage de l’Art / Lycée du Rempart, 1 rue du Rempart, 13 007 Marseille
Exposition du 23/02/16 > 11/03/16

Site de Sophie MENUET >>>

DSC02429 [500 L_H]

 

 

 

 

 


Assemblance
, 2014
Soie blanche, ouate, fil, métal
170 x 100 x 150 cm

 

DSC02420 [500 L_H]

 

 

 

 

 


Semblance
, 2014
Série de tirages digigraphiques
Papier epson, nano céramique, 1/3.
70 x 50 cm

 

[metaslider id=1356]

ÉmilieFRÉMOND_WEB

Conférence 3 / Made in Surrealism. Fabrique et trafic de l’objet surréaliste

JEUDI 28 JAN. 2016

14H > 16H
Conférence d’Émilie FRÉMOND

« Surréalisme : automatisme psychique pur par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de tout autre manière, le fonctionnement réel de la pensée ». En 1924, le poète surréaliste ose à peine imaginer voir naître un jour ces objets qu’il n’approche qu’en rêve. À partir des années trente, une véritable manufacture du rêve se développe pourtant, à laquelle contribuent artistes et poètes. Les objets surréalistes se construisent et s’exposent alors, comme autant de souvenirs rapportés de l’exploration du jour et de la nuit. L’objet trouvé, perturbé, interprété, à fonctionnement symbolique vient mettre à mal les catégories plastiques, mais aussi psychiques. L’inconscient a cessé de dire : « tout m’est parole ». Il ne s’agit plus que de toucher.

Pour venir
Salle C20
Lycée du Rempart – 1 rue du Rempart – 13007 Marseille
tél : 04 91 14 32 80
Inscription
Galerie Passage de l’art  –  www.lepassagedelart.fr
tél : 04 91 31 04 08  –  mail : passagedelart@gmail.com

CARTON Pascal RENARD_RectoFinal [500 L_H]

Exposition / SEMBLANCE

Pascal RENARD

Vernissage mardi 12 janvier à 18h

Galerie Passage de l’Art / Lycée du Rempart, 1 rue du Rempart, 13 007 Marseille
Exposition du 12/01/16 > 29/01/16

Blog journalier de Pascal Renard >>>

PascalRENARD(Alice)

#Alice, 2014 Acrylique et huile sur toile 200 x 180 cm

PascalRENARD(Céline)

#Céline, 2014 Huile sur toile 200 x 140 cm

Mon travail  est avant tout protéiforme.
Ma pratique articule peinture, dessin et vidéo au sein de réalisations souvent de grand format.

Toutes mes recherches tentent de renouveler le genre de la vanité. Une vanité contemporaine sans crâne, ni fleur, ni objet. Une vanité qui utilise et abuse tous les travers de la civilisation 2.0.

J’exploite, je pille volontiers le maelström d’images pixelisées du big data.

Privées, publiques, signifiantes ou insignifiantes, je suis un dévoreur d’images. Comment incarner ces images, leur donner corps ?

La peinture est un instrument de présence. La peinture à l’huile en particulier avec son process lent et méthodique. Au temps du zapping perpétuel j’oppose le temps du peintre.
La vidéo est complémentaire de la peinture. Elle consiste souvent en un jeu de transparence et surtout de ralentis ou d’accélérés qui modifient notre rapport au temps. L’eau qui coule d’une rivière, le vent qui souffle dans les arbres, les extraits de films d’horreur de série Z, l’autoroute, une éolienne, tout est susceptible d’être utilisé.
La vidéo attire irrémédiablement le regard, la peinture doit lutter.

Toutes mes tentatives interrogent l’instantanéité, l’immédiateté, la durée, le temps, l’être et le paraître, la profusion…

Les images volées sont souvent confrontées aux images posées.
Matériellement mes travaux sont des polyptyques, des diptyques  le plus souvent.

[metaslider id=1274]

Leumenier+Vachal_Final [500 L_H]

Exposition / PALIMPSESTE

Rose LEMEUNIER et Wendy VACHAL

Vernissage mardi 01 Décembre à 18h

Galerie Passage de l’Art / Lycée du Rempart, 1 rue du Rempart, Marseille
Exposition / 01/12/15 > 18/12/15

Page de Rose Lemeunier >>>

Page de Wendy Vachal >>>

 

travelling n °4 [500 L_H]

 

 

 

 

 

 

 

Rose LEMEUNIER
Série Travelling, 2014
Crayons de couleur sur photographie numérisée.
50 x 65 cm (chacune)

 

DSCN5612 [500 L_H]

 

 

 

 

 

 

 

Wendy VACHAL
Diapason, 2013
Moulage, épreuve en plâtre.

[metaslider id=1105]

 

GUÉRIN_Stendhal&Napoléon [500 L_H]

Conférence 2 / Stendhal et Napoléon

JEUDI 17 DÉC. 2015

10H > 12H
Conférence de Michel GUÉRIN

Michel GUÉRIN, philosophe, professeur émérite de l’Université d’Aix-Marseille, membre honoraire de l’Institut universitaire de France est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, dont le plus récent a paru en 2015 aux Belles Lettres (La Croyance de A à Z). Il a notamment publié aux Presses Universitaires de France en 1982 La Politique de Stendhal (préface de Régis Debray) et, chez Actes Sud en 2006, La Grande dispute (Essai sur l’ambition, Stendhal et le XIXe siècle), ainsi que de nombreux articles dans des revues, dont, dernier en date, « De quoi Shakespeare est-il le nom » (sur Racine et Shakespeare de Stendhal) dans L’Année stendhalienne n°13, Honoré Champion, Paris, 2014.
Pour venir
Salle C20
Lycée du Rempart – 1 rue du Rempart – 13007 Marseille
tél : 04 91 14 32 80
Inscription
Galerie Passage de l’art  –  www.lepassagedelart.fr
tél: 04 91 31 04 08  –  mail:   passagedelart@gmail.com

DSC01832 [500 L_H]

Conférence de Renée Dray-Bensousan

« Historiographie de la Shoah ou comment on a écrit cette histoire »

MARDI 10 NOV. 2015
15H > 17H
Conférence de Renée Dray-Bensousan

La place de la mémoire juive est désormais reconnue, mais il n’en a pas été toujours ainsi. Entre la mémoire subie (occultation du génocide) et la mémoire choisie, recomposée  puis instrumentalisée (risque de dérive à l’instar de celle qui est dénoncée par Peter Novick pour les américains), quelle place donner à l’historiographie d’une part et d’autre part au « devoir de mémoire » désormais institutionnalisé dans le cas de la Shoah.

Pourquoi le devoir de mémoire est-il maintenant si présent ? Comment analyser l’institutionnalisation sinon l’instrumentalisation de la Shoah d’une part et du devoir de mémoire d’autre part, sachant que ce dernier terme de notre problématique a suscité de nombreux rejets. Certes aujourd’hui on peut avec, Henry Rousso et Annette Wieviorka invités à une réflexion sur l’enseignement de la Shoah à l’Ecole normale supérieure, constater que le combat mené pour la mémoire de la Shoah est devenu un modèle de « réussite ». Mais qu’y a t-il derrière cet effet « réussite » ? Envers d’un décor qu’il nous faut sonder.

Renée Dray-Bensousan, AMU

 

Pour venir
Salle C20
Lycée du Rempart – 1 rue du Rempart 13007 Marseille
tél : 04 91 14 32 80
Inscription
Galerie Passage de l’art  –  www.lapassagedelart.fr
tél:   04 91 31 04 08   –  mail:   passagedelart@gmail.com